Graeme censuré

Le 09/03/2011

Monsieur le Maire de Lagord, Jean-François Douard, censure Graeme Allwright pour son concert à Lagord le 26 mars.
Monsieur le Maire ne veut pas qu’il interprète sa version de la Marseillaise ni qu’il en distribue le texte comme il le fait depuis 2005 sans jamais aucun problème.

JM Caron

PS: 14/03/2011

La venue de Graeme à la salle polyvalente de Lagord est maintenue. Il chantera, seul et sans distribution du texte, sa version de la Marseillaise.

Sud-Ouest La Rochelle 10/03/2011

10 mars 2011 16h43 | Par Thomas BROSSET et SudOuest.fr

« Je suis peut-être un vieux con, mais c’est comme ça ». Le maire de Lagord, Jean-François Douard, a interdit la reprise en chœur de la Marseillaise version pacifiste lors d’un concert. L’artiste annonce qu’il la chantera quand même.

Selon une information publiée sur le site mga.asso.fr consacré à la Marseillaise du chanteur Graeme Allwright, le maire de Lagord, Jean-François Douard, a interdit la reprise en chœur de cette Marseillaise version pacifiste, lors du concert du 26 mars qui se tiendra dans sa commune.

Le maire de Lagord Jean-François Douard a confirmé avoir demandé aux organisateurs de la soirée concert du 26 mars que la version de Graeme Allwright de la Marseillaise ne soit pas chantée : « Il y a des trucs sur lesquels je ne transige pas. La Marseillaise est sacrée. C’est notre hymne national et je crois bien être un des rares à la connaître entièrement. La version de Gainsbourg m’avait amusé.Celle là pas du tout. C’est une version dévoyée. Je ne veux pas entendre cette chanson dans ma commune. Je suis peut-être un vieux con, mais c’est comme ça ».

Les paroles de Graeme Allwright (et Sylvie Dien)
Pour tous les enfants de la terre
Chantons amour et liberté.
Contre toutes les haines et les guerres
L’étendard d’espoir est levé
L’étendard de justice et de paix.
Rassemblons nos forces, notre courage
Pour vaincre la misère et la peur
Que règnent au fond de nos coeurs
L’amitié la joie et le partage.
La flamme qui nous éclaire,
Traverse les frontières
Partons, partons, amis, solidaires
Marchons vers la lumière.

Pour sa part, Graeme Allwright déplore la position du maire : « Je la chanterai de toutes façons. Seul et A Capella s’il le faut mais je la chanterai. Et je demanderai aux spectateurs de choisir de chanter en leur âme et conscience ou non ».

L’artiste interprète cet hymne détourné dans ses concerts depuis octobre 2005 en distribuant le texte aux spectateurs pour qu’ils le reprennent avec lui. C’est le première fois qu’un maire s’oppose à cette Marseillaise pacifiste.

Or depuis la rencontre de football entre la France et l’Algérie d’octobre 2001, puis celle de mai 2002 à l’occasion de la finale de la coupe de France entre Lorient et Bastia, lors desquelles La Marseillaise a été sifflée, l’Etat ne prend pas les détournements de l’hymne national à la légère.

En janvier 2003, les députés votaient à l’unanimité un amendement instituant un nouveau délit : « l’outrage au drapeau tricolore et à l’hymne national », jusqu’alors inconnu en France et punissable de 7.500 euros d’amende et six mois de prison… La question est où commence l’outrage ?

L’appel de Graeme Allwright

Car Graeme Allwright ne voit pas son détournement comme un outrage à La Marseillaise mais comme un version pacifiste, notamment à destination des enfants. Il a lancé cet appel en 2005 : “En 1792 à la suite de la déclaration de guerre du Roi d’Autriche, un officier français, Rouget de l’Isle, en poste à Strasbourg, compose « Le chant de Guerre pour l’armée du Rhin ». Je me suis toujours demandé comment les Français peuvent continuer à chanter, comme chant National, un chant de guerre, avec des paroles belliqueuses, sanguinaires et racistes.

En regardant à la télé des petits enfants obligés d’apprendre ces paroles épouvantables, j’ai été profondément peiné, et j’ai décidé d’essayer de faire une autre version de La Marseillaise. Le jour où les politiques décideront de changer les paroles de La Marseillaise, ce sera un grand jour pour la France.”

On se souvient d’un précédent au mois de février en Charente-Maritime, à Saintes, lorsque l’UMP locale s’était manifestée pour censurer la chanson « Nique la France » du groupe ZEP, dont les paroles étaient assimilées à des « propos injurieux. »

(Article mis à jour à deux reprises à 15h et 16h) »

11 mars 2011 09h10 | Par THOMAS BROSSET

« La Marseillaise » pacifiste privée de ses chœurs

Le maire de Lagord (17), Jean-François Douard, s’oppose à ce que le public reprenne avec Graeme Allwright sa version détournée de l’hymne national. Polémique

Depuis 2005, Graeme Allwright, le vieux chanteur néo-zélandais, interprète dans chacun de ses concerts une version pacifiste de « La Marseillaise » en distribuant le texte au public afin qu’il chante avec lui. Jusque-là sans histoires.

À Lagord, c’est l’association rochelaise La Puce à l’oreille qui organise le spectacle du 26 mars (1). Elle a regroupé trois chorales – le Chœur gospel de La Rochelle, H2O et The Buzz – pour accompagner Graeme Allwright dans tous ses succès, sauf « La Marseillaise ».

LES PAROLES
PREMIER COUPLET : « Pour tous les enfants de la Terre, chantons amour et liberté. Contre toutes les haines et les guerres, l’étendard d’espoir est levé, l’étendard de justice et de paix. »

DEUXIÈME COUPLET : « Rassemblons nos forces, notre courage, pour vaincre la misère et la peur. Que règnent au fond de nos cœurs l’amitié, la joie et le partage. »

REFRAIN : « La flamme qui nous éclaire traverse les frontières. Partons, partons, amis, solidaires, marchons vers la lumière. »

« Nous n’avons pas non plus souhaité distribuer les paroles de la chanson aux spectateurs de peur de choquer. Je n’ai rien contre cette version détournée. J’en apprécie les paroles à titre personnel. Mais nous avons une conseillère municipale dans nos chorales. Nous ne voudrions pas que cela pose problème », s’excuse Patrick Papineau, chef de chœur et coordinateur qui a préféré s’autocensurer plutôt que de braquer la mairie.

« C’est notre hymne »

Maire divers droite de Lagord, Jean-François Douard n’a pas interdit le concert. Mais il ne veut pas entendre parler de cette « Marseillaise » revisitée : « Il y a des trucs sur lesquels je ne transige pas. Comme « La Marseillaise ». C’est notre hymne national et je crois bien être un des rares à la connaître entièrement. La version de Gainsbourg m’avait amusé. Celle-là, pas du tout. C’est une version dévoyée. J’ai donc dit au responsable de l’association organisatrice qui, d’ailleurs, est de La Rochelle (2) mais emprunte notre salle polyvalente, que je ne voulais pas entendre cette chanson dans ma commune. Je suis peut-être un vieux con, mais c’est comme ça. » Graeme Allwright, lui, est écœuré. Il s’estime censuré de ne pouvoir faire à Lagord ce qu’il a fait partout ailleurs en France : communier avec la foule pour la paix dans le monde.

« A cappella s’il le faut »

« En six ans, c’est la première fois qu’on me fait ça. Je ne comprends pas où est le mal. De toute façon, moi, je la chanterai, cette « Marseillaise ». A cappella s’il le faut, mais je la chanterai. Et je demanderai au public de décider en son âme et conscience de reprendre les couplets avec moi ou non. »

Membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence, Graeme Allwright appelle, sur son site Internet, à se prononcer pour ou contre le changement des paroles originales de « La Marseillaise » qu’il estime trop guerrières.

Personnalité atypique de la vie politique charentaise-maritime, le docteur Jean-François Douard, ancien conseiller général, maire de Lagord depuis quarante ans, passionné de musique classique, est réputé pour son franc-parler et ses quelques dérapages verbaux.

Exemple l’an dernier dans un meeting Bussereau d’avant-élections régionales, où il avait accusé Ségolène Royal de diriger la Région de façon dictatoriale. « C’est une dictature du prolétariat, certes, mais c’est quand même une dictature. Je vous rappelle que le nazisme était aussi une dictature du prolétariat. »

Sur Graeme Allwright, il dit peu de chose : « Je ne connais pas cet individu. Il est quoi, amérindien ? » C’est tout juste s’il ne classe pas le papy, inoubliable interprète de Bob Dylan et de Leonard Cohen, de gamin mal élevé. Graeme Allwright est âgé de 84 ans, Jean-François Douard de 76 ans. Hier soir, même si le concert n’était par remis en cause, la convention n’était toujours pas signée entre la ville de Lagord et La Puce à l’oreille.

(1) À la salle polyvalente de Lagord, à 20 h 30.

(2) Lagord est une commune voisine de La Rochelle.

‘Sacred’ bloodthirsty Marseillaise is muted in pacifist revolution

Adam Sage
The Times
Published: 14 March 2011
Europe
…strong amateur choir. Instead, Graeme Allwright, a New Zealander who made France…Marseillaise is sacred.” He said that Allwright had produced an “errant version…audience, as usually happens at Allwright’s concerts. The folk artist…

« Folk singer’s rewrite accused of lacking respect

It was to be a moment of transcendent harmony — a pacifist version of France’s bloodthirsty national anthem performed in a village hall by a folk singer with a 180-strong amateur choir.
Instead, Graeme Allwright, a New Zealander who made France his home when he fell in love with a woman half a century ago, has been accused of bringing La Marseillaise into disrepute.

Jean-François Douard, the Mayor of Lagord on the outskirts of La Rochelle in west France, where the concert is due to be held on March 26, is trying to stop locals from joining the peace-andlove adaptation of the anthem. “There are things on which I won’t compromise,” he told the Sud Ouest newspaper. “La Marseillaise is sacred.”

He said that Allwright had produced an “errant version” and added that he did not want “to hear this song in my district. I may be an old fart, but that’s the way it is.”
Mr Douard has ordered the choir to stay silent and banned organisers from distributing the lyrics to the audience, as usually happens at Allwright’s concerts. The folk artist responded by deciding to sing on his own.

Allwright, who became known for adapting Leonard Cohen songs into French, told The Times: “I wrote the song in 2005 and I’ve sung it over 100 times since then and I’ve never had a problem.” He said that he was considering legal action against Mr Douard. “He used the word devoyé (errant), and that is a very strong word in French.”

Allwright, 84, said that the Mayor’s reaction illustrated a “general rise of the extreme right in Europe and that’s very worrying”. He said that La Marseillaise, written in 1792 by Claude Joseph Rouget de Lisle for revolutionary forces and taken up by volunteer units from Marseille — has become an anachronism. “The words are very bloody,” he said. Allwright suggested to President Sarkozy that France should adopt his version, but his suggestion was rejected.

Bloody banner

Children of the Fatherland. The day of glory has arrived! Against us is tyranny. The Bloody banner is raised, Do you hear . . . the howling of those ferocious soldiers? They’re coming . . . to slit the throats of your sons and consorts! . . . Let’s march! Let impure blood water our land!

Banner of hope

For all the Earth’s children. Let’s sing love and liberty. Against all hatred and wars. The Banner of hope is raised. The Banner of justice and peace. Let’s gather our strength, our courage. To overcome the misery and the fear . . . Let’s march towards the light