Hymne olympique

En 1896, à l’occasion des premiers jeux Olympiques de l’ère moderne, qui se tiennent à Athènes, un compositeur grec, Spiros Samaras, et son compatriote écrivain Kostis Palamas élaborent un Hymne olympique à la gloire du sport, de la jeunesse et de la paix.

« Cet hymne chanté en plein air et en plein soleil, au milieu de plusieurs milliers de spectateurs profondément émus, a quelque chose d’antique et d’imposant » aurait déclaré le baron Pierre de Coubertin, créateur de l’olympisme moderne. Mais la composition des deux auteurs grecs ne devient officielle qu’après que le Comité international olympique approuve l’hymne lors de sa cinquante-cinquième session en 1958, à Tokyo. »

HYMNE OLYMPIQUE
(paroles de Kostis Palamas (1859-1943) – Musique de Spiros Samaras (1861-1917) adopté comme hymne olympique en 1958)
Esprit antique et éternel, créateur auguste
De la beauté, de la grandeur et de la vérité,
Descends ici, parais, brille comme l’éclair
Dans la gloire de la terre et de ton ciel.
Dans la course et la lutte et le poids
Des nobles jeux éclaire l’élan,
Prépare la couronne faite de la branche immortelle
Et donne au corps la force de l’acier et de la dignité.
Les campagnes, les monts, les mers brillent autour de toi,
Comme un grand temple fait de pourpre et de blancheur,
Et dans ce temple ici accourent tous les peuples
Pour se prosterner devant toi,
Esprit antique et éternel.