Septembre 1944

La France à peine libérée, en septembre 1944, le ministère de l’éducation nationale exige que La Marseillaise soit apprise et chantée dans toutes les écoles de France. Les constitutions des IVème et Vème Républiques la consacreront définitivement hymne national en ces termes sobres :

ARTICLE 2
La langue de la République est le français.
L’emblème national est le drapeau tricolore : bleu, blanc, rouge.
L’hymne national est LA MARSEILLAISE.
La devise de la République est : Liberté, Egalité, Fraternité.
Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. »

Les chants manipulent les émotions humaines en développant chez ceux qui les reprennent une cohésion souvent indispensable. Cela est vrai dans bien des cas, des ballades de feux de camp aux chorales des églises ou des monastères, des rondes de notre enfance aux hymnes nationaux entonnés dans les stades. Sans oublier, bien entendu, les chants militaires et guerriers, comme LA MARSEILLAISE entonnée par les soldats de l’an II à VALMY ou par les poilus de VERDUN…

(cf. »le concert des Nations » de Jean-Marc CARA)