Thèmes et idées

Les hymnes les plus anciens honorent souvent le souverain, ou appellent aux armes pour la défense d’une cause ou la lutte pour la liberté.

A l’inverse, les hymnes les plus récents préfèrent avancer des images de paix, de calme, et décrivent la beauté de leur pays.

Certains hymnes ressemblent à de grandes déclarations politiques. D’autres sont de véritables prières. Parfois, on salue et acclame le pays, cette patrie tant aimée. On vante le courage de ses fils prêts à mourir pour défendre le sol sacré.

Il y a aussi les cris de ralliement et les appels aux armes.

Nombreux sont les hymnes qui parlent directement au pays comme à une mère, cette « mère-patrie » nourricière qui prend en charge, réconforte et protège ses enfants.

ETHIOPIE (adopté comme hymne national en 1992)
Mère de naturelle vertu, mère d’un peuple valeureux.
Nous te protégeons – c’est notre devoir ;
Que vive notre Ethiopie ! Et soyons fiers de toi ! (Extrait)

ÎLE MAURICE (adopté comme hymne national en 1998)
Gloire à toi, mère patrie, Ô ma mère patrie !
Douce est ta beauté, Doux est ton parfum ;
Autour de toi, nous nous rassemblons.
Un seul peuple, une seul nation,
Pour la paix, la justice et la liberté. (Extrait)

Nombre d’hymnes nationaux se plaisent à magnifier les paysages, la nature idyllique, les montagnes, les vallées, les fleuves, les côtes, les couleurs, les saisons ou la douceur de vivre du pays bien-aimé.

Souvent, c’est d’abord la terre elle-même qui est chantée : « terre de nos aïeux » des Canadiens, « terre chérie » des Camerounais, « terre d’amour, terre de lumière » des Philippins, « terre d’une beauté rare » des Sud-coréens, « terre de liberté, d’espoir et de gloire » des Fidjiens, « terre de héros » des Lithuaniens, « terre de liberté » des Américains, etc…

Certains hymnes glorifient l’histoire du pays, la défense de la patrie, le sacrifice de ses citoyens :

« Qu’un sang impur abreuve nos sillons » (France)
« Notre drapeau, rouge du sang de la victoire » (Vietnam)
« La patrie ou la tombe » (Uruguay)
« La patrie ou la mort, nous vaincrons » (Burkina faso)
« Préparez vos baïonnettes » (Mexique)
« Nos ennemis mourront, comme la rosée au soleil (Ukraine)
« Leur sang a effacé les traces de leurs infectes empreintes » (Etats-Unis)
« Ô France ! Voici venu le jour où il faut rendre des comptes ! » (Algérie)

LE DRAPEAU
Autre symbole puissant des nations, il est très souvent associé à l’hymne :

Notre drapeau, dont les couleurs
Sont le vert éternel de la terre,
Le ciel bleu du ciel, et le blanc,
La couleur de la Paix » (République de Djibouti)

Nous saluons les couleurs de notre drapeau :
Vert, rouge et blanc,
Qui symbolisent la victoire, la bénédiction et le succès. (Îles Maldives)

Tous unis autour du drapeau,
Avec un même souhait et un même but,
Jurons sur notre honneur
De lutter pour notre salut (Albanie)

LES HYMNES NATIONAUX : Immuables ou en évolution ?
En France, certains n’hésitent pas à exiger des paroles plus douces et moins guerrières pour La Marseillaise.

Chaque bouleversement historique permet de constater une évolution dans les hymnes, souvent importante. Qu’elle soit volontaire ou contrainte…

L’Allemagne, après la seconde guerre mondiale.
L’Autriche, après l’avènement de la nouvelle République (1946)
L’Afrique du Sud, à la fin de l’apartheid et l’avènement du nouveau régime : changement spectaculaire – L’hymne se transforme en image de paix et de réconciliation entre les peuples.

(cf. « Le concert des nations » Jean-Marc Cara »)